Workshop: Global warfare, peace-making, and the travails of liberalism, 1914-1920

Friday, 20 October 2017
University of Warwick, Institute of Advanced Studies
10am – 1pm.

Empires and Occupations: Global Dynamics of the Illiberal Wartime State, 1914-1918

Prof. John Horne (TCD/Oxford)

Nineteenth century liberalism rode high on the eve of World War One. Mass politics, militarization, trade protection and state intervention signalled the strains it faced, but few predicted that the tide had turned on a model based on ideals of personal freedom, the rule of law and self-regulation (economic and other). That the war undermined the liberal order has long been recognized in national histories. This paper, however, will suggest that a reciprocal global dynamic was at work whereby wartime states sought illiberal solutions in order to wage ‘total war’ not only at home but also, and even more so, in external zones of dominance where they were easier to apply. These consisted of captive populations within Europe and colonial populations outside. Exploiting colonies was a well-established practice of even the most ‘liberal’ empires. Treating areas of Europe like colonies was not, except on the more remote peripheries of the Caucasus or (on some readings) in Ireland. The paper will consider the links between these two forms of exploitation during the war as well as the comparisons between them. It will comment briefly on the different legacies that they left in the post-war period. The argument will be general but the empirical focus will be on colonial French North Africa and German-occupied France and Belgium.

 

John Horne is currently Leverhulme Visiting Professor of History at Oxford University. He is emeritus Fellow of Trinity College Dublin, where he was Professor of Modern European History until 2015, and the founder of the Centre for War Studies in 2007. A Member of the Royal Irish Academy, he is also on the Executive Board of the Historial de la Grande Guerre, Péronne. Of British-Australian parentage and upbringing, he did his undergraduate studies at the University of Adelaide and then at Balliol College, Oxford, before taking his D. Phil. at the University of Sussex. He went to work in Trinity College Dublin at the end of the 1970s. He has held visiting posts at the Institute for Advanced Study, Princeton, the Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, the Freiburg Institute for Advanced Study, Germany, and Balliol College, Oxford. He has written extensively on modern France and the transnational history of the Great War. Among his books are: (with Alan Kramer), German Atrocities, 1914. A History of Denial (New Haven, Yale, 2001), translated into German (2003) and French (2005); (ed.) A Companion to World War One (Oxford, Blackwell-Wiley, 2010); (ed.) Vers la guerre totale: le tournant de 1914-1915 (Paris, Tallandier, 2010); and with Robert Gerwarth, War in Peace: Paramilitary Violence in Europe after the Great War (Oxford University Press, 2012). He is working currently on a history of the French experiences of the Great War.

 

The Sovereignty of Justice: The Germans at Versailles, May-June 1920

Prof. Leonard Smith (Oberlin College)

 

Fully realizing a “just peace” at the Paris Peace Conference meant redefining the role of “justice” in the international system. The Allied and Associated Powers originally took two approaches to defining “justice,” one a compensatory approach rooted in civil law, the other a “responsibilities” approach rooted in criminal law. The two approaches inevitably became muddled as the conference proceeded. In the end, and for very different reasons, the Germans as well as the allies cooperated in the construction of Germany as a criminalized once-and-future Great Power.

 

Leonard V. Smith is Frederick B. Artz Professor of History of Oberlin College. Educated at Oberlin College and Columbia University, he is the author of: The Embattled Self: French Soldiers’ Testimony of the Great War (Cornell University Press, 2007); France and the Great War, 1914-1918 (with Stéphane Audoin-Rouzeau and Annette Becker, Cambridge University Press, 2003); and Between Mutiny and Obedience: The Case of the French Fifth Infantry Division During World War I (Princeton University Press, 1994). He also coedited France at War: Vichy and the Historians (Berg, 2000, French edition 2004). He has held fellowships from the Rockefeller Foundation, the National Endowment for the Humanities, and the National Humanities Center. Smith has been a visiting professor at the Mershon Center, Ohio State University (spring 2015); École des Hautes Études en Sciences Sociales (January 2012), Claremont McKenna College (fall 2008, as William F. Podlich Distinguished Fellow), and the Associated Kyoto Program at Doshisha University in Kyoto, Japan (fall 2004). Smith’s current monograph project, Sovereignty at the Paris Peace Conference of 1919: The ‘Laboratory over a Vast Cemetery,’ is nearly complete, and will be published by Oxford University Press (Publisher’s website). His most recent publications include “Drawing Borders in the Middle East after the Great War: Political Geography and ‘Subject Peoples’,” First World War Studies (2016); and “France, the Great War, and the ‘Return to Experience’,” World War I Centennial Series, Journal of Modern History (2016).

Contact: Pierre Purseigle (p.purseigle@warwick.ac.uk)

CFP: Marianne in War and Peace, 1913-1923. The French Republic in the era of the Great War

Marianne in War and Peace, 1913-1923. The French Republic in the era of the Great War
A special issue of French History
The study of the First World War continues to thrive as the centennial commemorations of the conflict draw to a close. In large part, the current vitality of First World War studies stems from the cultural and comparative turns taken by the historiography since the 1980s. Anxious to dispense with national paradigms to interrogate the broader and transnational currency of the wartime systems of representations, historians of the Great War often elected to focus on the cultural dimensions of the conflict. Historians of France played and continue to play a critical role in the renewal of this field (Hanna & Horne, 2016; Smith, 2016).
In France itself, a long-lasting controversy over the existence and significance of a “culture de guerre” has framed the analysis of wartime mobilization as an alternative between consent and coercion. In 1998, this important debate about the respective importance of patriotic mobilization and state-enforced discipline degenerated into a full-blown academic dispute. Two decades on, it still simmers and occasionally boils over to the detriment of scholars and scholarship alike.
This controversy has reinforced the domestic outlook of the historiographical debate in France and accounts, partly at least, for its limited engagement with foreign historiographies. Likewise, French historians have relatively neglected the colonial and imperial dimensions of the conflict. Most significantly, the debate is often artificially framed as an opposition between cultural and social historians. As a result, our understanding of the politics of wartime mobilization and demobilization remains fragmented, despite the rejuvenation and dynamism of French political history as a whole.
This guest-edited special issue of French History sets out to address this problem. It aims to showcase innovative perspectives on the French experience of the First World War. It will focus on the political dimensions of military operations and on the contested process of social and cultural mobilization. It will also consider how France and the French came to terms with the fraught process of demobilization, and dealt with the multifaceted legacies of the conflict across the country and its empire.
Proposals should be submitted in the first instance to Pierre Purseigle (p.purseigle@warwick.ac.uk). They should include the proposed title of the article, its summary (500 words max.), and a one-page C.V. The deadline for submission of the proposals is 15 November 2017. Full manuscripts of selected articles (8-10,000 words max.) will be due by 1 February 2018.
Please note that each selected article will be peer-reviewed in accordance with the journal’s editorial procedure. The decision to publish will rest with French History’s editorial team.
References:
M. Hanna and J. Horne, ‘France and the Great War on Its Centenary’, French Historical Studies, 39: 2, April 2016, pp. 233–259
L. V. Smith, ‘France, the Great War, and the “Return to Experience”’, The Journal of Modern History, 88: 2, June 2016, pp.380–415.

Vote de gauche, vote utile, vote Macron

L’histoire de la gauche en France est jalonnée de procès d’intention et d’excommunications en tous genres. La campagne présidentielle actuelle a donc été, à cet égard au moins, sans grande surprise. Dans un contexte d’affaiblissement électoral et de décrépitude intellectuelle, la gauche s’est déchirée tout au long d’une campagne qui s’achève aujourd’hui à l’ombre pesante du terrorisme.

Objets de toutes les attentions depuis des semaines, celles et ceux qui à gauche – socio-démocrates ou écologistes – ont décidé de donner leur suffrage à Emmanuel Macron sont les cibles d’attaques souvent violentes. A l’issue d’un procès instruit à charge, les soutiens de Benoît Hamon et de Jean-Luc Mélenchon dressent un réquisitoire dénonçant notre triple erreur.

Une erreur politique, d’abord, puisque nous méconnaissons à l’évidence la nature de la crise sociale, économique et politique que nous vivons. L’élection de Donald Trump et le Brexit avant lui témoigne d’une révolte des oubliés de la mondialisation. Seule une rupture radicale est à même d’y répondre. Bernie Sanders n’était-il pas promis à une victoire éclatante?

Un égarement idéologique, ensuite, puisque les intérêts de la classe ouvrière ne saurait être servis autrement que par la décroissance et l’accompagnement de la fin du travail. Nul compromis avec le libéralisme ne saurait être accepté, puisque la liberté d’entreprendre est d’abord un permis d’exploiter.

Une faute morale, enfin, puisque le vote Macron ne serait rien d’autre qu’un marchepied pour Marine Le Pen. Il ne faut souvent désormais que quelques minutes avant d’atteindre le nouveau point Goodwin du débat politique français; avant que les soutiens d’Emmanuel Macron soient accusés de faire le jeu de Le Pen, par faiblesse si ce n’est à dessein.

Continue reading

Pourquoi Mélenchon n’est pas de gauche

 

Trois jours avant la fin d’une campagne électorale souvent confuse et parfois improbable, les électeurs français auraient au moins une certitude. La gauche – la vraie, la pure – est bien là, représentée non seulement par les candidat(e)s du NPA et de Lutte Ouvrière, mais plus sérieusement par Jean-Luc Mélenchon et sa France Insoumise. Après tout, n’est-il pas aujourd’hui en passe d’atteindre le second tour de l’élection présidentielle?

 

Le tribun colérique s’est du coup transformé en petit père tranquille de la Révolution; se démultipliant par hologramme pour parler toujours plus en disant désormais le moins possible sur son programme. Il ne manquerait plus que les électeurs de gauche se penchent sérieusement sur ses idées ! Il pourrait en effet se rendre à l’évidence. Mélenchon s’approprie l’héritage de la gauche pour la noyer dans un projet populiste et nationaliste, dont les classes populaires seraient les premières victimes.

 

Mélenchon a bien sûr capté l’indignation légitime et justifiée de celles et ceux qui pâtissent d’une société par trop inégalitaire; qui ne sentent plus représentés et se disent trahis par une classe politique coupée de leur réalité quotidienne. Désormais rentier de la République, le grand professionnel de la politique qu’est Mélenchon ne s’y est pas trompé ; ses arrières désormais assurés, libre à lui de renverser la table, d’abattre la démocratie parlementaire qui le nourrit encore. Ses multiples retraites garanties, il peut sans crainte appeler à une sixième république dont il refuse de préciser les contours. Mais la logorrhée « dégagiste » de Mélenchon masque mal son silence hypocrite.

 

La question européenne est ici révélatrice. Le voilà désormais qui, contredisant son propre programme, annonce ne pas vouloir sortir de l’Union Européenne et de l’Euro. En dépit, si j’ose dire de ces « pudeurs de gazelle », c’est pourtant bien ce que veut dire la « sortie des traités » qu’il appelle de ses vœux. Il refuse ainsi d’expliquer ce que cela signifierait pour les classes populaires qui seraient pourtant les premières à en subir les conséquences de l’effondrement de l’Euro. Quand les possédants auraient anticipé la crise monétaire et mis leur capital à l’abri, les classes populaires verraient l’inflation exploser et leur pouvoir d’achat s’effondrer. Neuf mois après le référendum britannique, la Livre sterling a déjà perdu 17% de sa valeur face au Dollar américain.

 

Le Brexit n’a pas encore eu lieu, mais le prix des produits de consommation courante ont d’ores et déjà augmenté de 5 à 10%. Quand on finit le mois avec moins de €100 en poche, on connaît le risque des fantaisies radicales de Mélenchon. Son Frexit, comme celui de Le Pen, serait simplement une catastrophe pour les travailleurs et chômeurs français. Le retour du protectionnisme menacerait aussi, et en quelques mois, des centaines de milliers d’emplois directs. La gauche radicale grecque, elle, sait le coût de la sortie des traités voulue par Mélenchon et s’y refuse tout en combattant l’austérité. Car on ne peut être de gauche et organiser l’appauvrissement du pays.

 

Mélenchon lui n’en a cure, car il subordonne le progrès social à un nationalisme qui, seul, explique la haine qu’il voue au projet européen. Si l’Internationale est encore parfois entonnée par ses partisans à la fin de ses meetings, Mélenchon lui préfère désormais la Marseillaise. Quand bien de ses électeurs demeurent sincèrement attachés à un projet d’émancipation sociale, lui se dit désormais « Français avant tout ». Que le tricolore soit le seul oriflamme distribué dans ses réunions publiques en dit long sur un projet plus identitaire que social-démocrate. Il ne manquerait plus que les prolétaires européens s’unissent sous un drapeau commun, rouge ou étoilé !

 

Le contraste est ici frappant entre la grande majorité des Insoumis et leur chef de file. Rares parmi eux sont celles et ceux qui ont renoncé à l’internationalisme, voire à l’idéal européen. Sur les questions intérieures comme internationale, Mélenchon a pourtant rompu avec les principes d’une gauche française longtemps investie dans la construction du droit et des solidarités internationales, du Bureau International du Travail à l’Union Européenne en passant par l’organisation des Nations Unies.

 

C’est à cette aune qu’il faut souligner l’écart entre la rhétorique du Mélenchon en campagne et la réalité de son activité parlementaire. Député européen, il s’est fait le chantre du « chacun chez soi ». Il reprit dans l’hémicycle la rhétorique anti-migratoire de l’extrême-droite, comme le 5 juillet 2016 où il dénonça le « travailleur détaché, qui vole son pain au travailleur qui se trouve sur place ». Benoît Hamon, comme le NPA et de nombreux communistes, ne s’y étaient pas trompés et dénoncèrent à juste titre ce virage nationaliste. Mélenchon parla sans surprise d’un mauvais procès. Comme si celui dont on vante les talents oratoires et la culture historique ne savait plus très bien ce qu’il faisait… Soyons sérieux. Le problème posé par les travailleurs détachés est un problème de contrôle, pas de principe. Il aurait pu demander à la Commission européenne de soutenir les services nationaux d’inspection du travail. Il a préféré dénoncer les immigrés dont je suis et s’approprier à dessein les accents xénophobes de Farage et Le Pen.

 

Exploitant la solidarité traditionnelle des gauches françaises et latino-américaines, Mélenchon se fait le chantre des populismes du sous-continent. Qu’il évoque Simon Bolivar plus souvent que Che Guevara n’est pas un hasard. Le nationalisme est en effet le principal point cardinal de Mélenchon, pour lequel l’anti-américanisme justifierait les atteintes aux droits fondamentaux des latino-américains. Son rapport au régime de Vladimir Poutine témoigne de l’abandon de toute prétention internationaliste. Reprenant la propagande du régime sans y changer une virgule, Mélenchon se pose en soutier de la kleptocratie poutinienne. Que le peuple russe soit aujourd’hui victime du capitalisme le plus brutal ne lui pose guère de problème. Il s’étonna même en 2015 que l’on puisse dénoncer le meurtre de Boris Nemtsov, l’un des principaux opposants au régime. Comme si le libéralisme de la victime pouvait justifier son assassinat…

 

En 2014, Mélenchon n’hésitait pas non plus à condamner la révolution ukrainienne, évoquant à l’unisson avec Poutine et Ianoukovitch, « un pouvoir putschiste aventurier, dans lequel les néonazis ont une influence tout à fait détestable. » La jeunesse ukrainienne qui bravait les coups et les balles de l’oligarchie locale ne trouva jamais grâce à ses yeux. Quand la place Maidan se couvrait de drapeaux européens, symbole de liberté et de l’état de droit pour le peuple ukrainien, Mélenchon rejetait sur son appel à la solidarité européenne. S’accommodant de l’annexion de la Crimée au mépris du droit international, Mélenchon appela même de ses vœux l’effondrement de l’Ukraine et se satisfait de l’invasion du Donbass. Curieusement, cet écologiste de la onzième heure semble ignorer que les forces russes organise l’exploitation mafieuse des ressources naturelles de la région. De telles positions en disent long sur le cynisme de son aventure personnelle. Mélenchon ne voit rien à redire à l’exploitation des peuples russes ou ukrainiens. De même, ne s’inquiète-il pas du massacre des insurgés syriens, mis dans le même sac que Dasht. La gauche défend encore l’universalité des droits humains et des libertés fondamentales. Voilà longtemps que ce n’est plus le combat de Mélenchon.

 

A y regarder de près, tout ça n’est guère surprenant. Les populistes usent et abusent des valeurs de la gauche pour travestir leurs objectifs. Mélenchon se gargarise du mot peuple, mais empêche la convergence des luttes. Fondée sur une démarche intersectionnelle, cette dernière propose de combattre les rapports de domination économique, sexuelle, et culturelle. Mélenchon entend lui écraser les identités individuelles et collectives sous la botte d’un « peuple » dont il serait le seul et unique interprète. En témoigne, le flou des prescriptions constitutionnelles de son programme. Lecteur attentif de Carl Schmitt, ou au moins de ses exégètes contemporains, Mélenchon veut mettre à bas la démocratie représentative et parlementaire. Le pluralisme politique et social doit pour lui se soumettre à une opposition politique entre amis et ennemis. « Nous sommes du peuple et nous méprisons ceux qui veulent être autre chose que du peuple » (Le Monde, 24 janvier 2016) dit-il. Comme si lui seul pouvait accorder ou juger de notre appartenance à la communauté des citoyens ! Car le peuple n’existe plus pour Mélenchon dans sa pluralité politique et sa diversité, il entend réduire la délibération démocratique au simulacre référendaire.

 

Voilà ce qui explique l’abandon progressif des symboles de la gauche radicale (drapeau rouge, Internationale) et ses ouvertures vers l’extrême-droite. Ambigu dans son soutien aux réfugiés, il l’est aussi sur les questions de société comme l’avortement ou le mariage pour tous. En témoigne l’entretien qu’il donna au très réactionnaire Famille Chrétienne au mois de février. « Avec la Manif pour tous, je fais le pari positif du malentendu » affirma-t-il au grand dam des militants LGBT qui, seuls, relevèrent ses propos. Comme s’il ne fallait pas que l’extrême-droite catholique prenne trop au sérieux sa défense des minorités sexuelles. Le furieux rétropédalage qui s’en suivit, comme les efforts pour mettre la polémique sur cloche en disent long sur le risque qu’il y aurait pour notre « révolutionnaire » à laisser cours à sa vision de la société.

 

Ne nous y trompons pas. Le populisme de Mélenchon n’est pas soluble dans la démocratie sociale. Son rejet de l’Europe va à l’encontre des intérêts objectifs des classes populaires. Mélenchon ne partage pas non plus l’attachement de la gauche au pluralisme, à une société ouverte, à l’état de droit. Les libertés fondamentales et les droits de la personne doivent selon lui se soumettre à l’Etat-nation en France, comme en Russie ou en Syrie.

 

On connaît ses accointances avec Patrick Buisson, qu’il préfèrerait aujourd’hui passer sous silence. Féru d’histoire, nous dit-on, comme l’éminence grise du sarkozysme identitaire, il sait pertinemment qu’il a plus en commun avec le Général Boulanger qu’avec Jean Jaurès. De même, maîtrise-t-il parfaitement une rhétorique destinée à attirer vers lui les tenants d’un nationalismes des plus rances. Pourfendeur auto-proclamé des « puissants », Jean-Mélenchon conclua ainsi le débat du 20 mars en affirmant sa volonté de « rendre la France aux Français ».  Nul besoin d’être grand clerc pour se rappeler les heures sombres de notre histoire où « l’oligarchie », « les puissances de l’argent », étaient assimilées à l’anti-France. Ce n’était pas, alors, le discours de la gauche et ça ne l’est pas plus aujourd’hui.

Il est donc grand temps de dénoncer la complaisance naïve dont bénéficie Mélenchon et d’affirmer qu’il n’appartient plus à notre famille politique.

I am running the 2017 London Marathon for Oxfam

17 OX_HL_C_RGB

I am running the London Marathon in April 2017 in support of Oxfam and its work to fight poverty across the world.

After raising over £1,000 for Oxfam at the 2015 Berlin marathon, I was left humbled by the generosity of friends and colleagues.
Most importantly, the support and encouragement I received along the way underlined how important Oxfam’s work is to many of you.

 

That’s why I decided to use the 2017 London marathon to try and raise twice as much and possibly more! £2,000 is a lot of money and this will likely be more difficult to achieve than running 26.2 miles.

I know and I hope I’ll be able to count on my friends again to do this.

In the end though, nothing I or we could do is harder and more necessary that the work that Oxfam workers and volunteers carry out every day around the world.

Continue reading